Small is beautiful

Les difficultés récemment apparues relatives à notre production d’électricité ont révélé – outre les problèmes de sécurité nucléaire, qu’on aurait mieux fait d’aborder avant la construction, mais ce n’est pas ici le propos – un problème fondamental de sécurité d’approvisionnement.  Le constat est maintenant évident aux yeux de tous qu’une trop grande concentration de l’offre met en péril la sécurité d’approvisionnement.  Il y a à cela une raison qui saute aux yeux – quoique pas à ceux des décideurs – : la défection d’une unité, quelle qu’en soit la raison, met en péril l’ensemble de l’équilibre offre / demande.

S’il  vaut la peine d’en parler ici, c’est parce que cette évidence l’est tout autant pour l’offre de transport & mobilité.

Qui écoute régulièrement  la radio ne peut manquer la litanie devenue continue sur les embarras de circulation, les maintenant bien connues « files » (« Stau », expression consacrée depuis des années en Allemagne).

Quelle en est la cause ?  Evidemment un excès de véhicules par rapport à la capacité des routes.

Quelle réponse ? Celle qui a toujours été donnée est une fuite en avant, par la création d’infrastructures à très grande capacité : les autoroutes.

Et quand on regarde un peu plus loin, on s’aperçoit que les maillons faibles sont précisément les autoroutes : c’est là que des problèmes endémiques se sont créés.

 

La concentration de l’offre a une conséquence importante sur le plan de sa sécurité et sa fiabilité : hors les problèmes structurels des heures de pointe, les files interviennent au moindre incident, qui réduit la capacité inopinément, sans que les usagers n’aient de solution de rechange.  Les autoroutes sont les centrales nucléaires du transport routier : elles assument une part considérable du transport (un tiers, sur un pour cent de la longueur totale du réseau routier), et génèrent des problèmes insolubles au moindre incident.

Quoique dans une moindre mesure, on trouve cette même démarche de concentration dans le transport ferroviaire.  D’abord au niveau de l’infrastructure : on a amputé une proportion importante du réseau, rendant pratiquement impossible le détournement d’un train en cas d’interception d’une ligne.  Mais aussi, au-delà, sur l’offre ferroviaire elle-même, où on concentre aux heures de pointe le transport d’un grand nombre de voyageurs sur un petit nombre de grands trains (« IC » et « P »), laissant sans solution les usagers en cas (fréquent) de défection, parce qu’il n’est pas possible d’organiser une alternative crédible par rapport à la problématique : transporter les gens dans des délais raisonnables.

 

Quel est l’enseignement de tout ceci ?

Qu’il vaut mieux organiser une offre – de transport, d’énergie ou autre – déconcentrée, plus apte par sa souplesse à amortir ses – inévitables – défauts de fiabilité.

 

Bien sûr la tendance à la concentration n’est pas gratuite ; elle a un but, en l’occurrence l’espoir d’économies d’échelle.

Mais si cela est vrai jusqu’à un certain point (il y a toujours un point d’équilibre), il faudrait arrêter de nier dans le calcul le coût des incidents, spécialement lorsqu’ils sont devenus le quotidien.  Celui-ci est souvent externalisé : les victimes sont largement appelées à se débrouiller elles-mêmes.  Même s’il est tentant pour le responsable de fermer les yeux, une telle attitude n’est pas légitime, spécialement s’il s’agit d’une mission de service public.

 

En sus de la sécurité, adapter l’offre à la demande plutôt que la concentrer à outrance présente l’avantage de limiter les gaspillages : transport (d’électricité ou de personnes!) sur des distances artificiellement allongées, centrales ou trains sous-utilisés, …  Ces gaspillages restent inaperçus du fait d’une imputation incorrecte des coût : « les centrales à gaz ne sont pas rentables » … parce qu’on prend comme postulat que la production nucléaire a priorité … ; « les trains P sont rentables » … parce qu’on n’en impute pas l’amortissement sur le peu d’heures où ils sont utilisés…).

Et pour ce qui est des transports publics, encore un avantage d’une offre plus adaptée : des trains plus petits, plus nombreux et plus fréquents représentent une meilleure offre, puisqu’il faut aller les chercher moins loin et moins les attendre ; ceci aussi est une dimension importante du service public.

 

 

Ce contenu a été publié dans Politique de mobilité, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *